Salade de cétacés sur son lit d'aurores boréales !

Retour sur notre mois de Novembre dans les fjords du Nord de Tromsø.


Suite à une courte mais belle parenthèse française au mois d'Octobre, nous remontons

en avion aux Lofoten pour retrouver Davaï. Dans le ferry qui nous mène sur Moskenesøya, le jour tombe vite alors que les aurores se mettent à danser au dessus de nous. On le sait bien, on ne choisit pas la météo, encore moins en Norvège. Mais c'est tout de même le regard tourné vers le ciel qu'on espère secrètement qu'un mois à peut près clément nous attend.


Arrivée à Fredvang, 23 Octobre 2022


Dimanche matin, le jour se lève à Fredvang avec ses 25 noeuds de Sud-Ouest habituels accompagnés d'un petit crachin bien frais. On part courir le long de la mer, une manière de réinvestir les lieux, d'essayer de se sentir chez soi dans un lieu déserté et battu par le vent. Les lumières rasantes font briller entre deux grains les crêtes des vagues et les cimes saupoudrées de neige. On croise finalement une marcheuse qui nous saluera d'un " what a lovely day ! "... c'est vrai qu'on se sent vivant ici, on va se cailler, certes, mais ça vaut vraiment le détour! Au retour sur le bateau, on se décide à partir directement pour Tromsø car le vent sera mieux orienté pendant la nuit que le lendemain dans le Vestfjord. Go further North!


Navigation Lofoten -> Tromsø


Après environ 35 heures de navigation entre voiles, moteur, voile + moteur... et une halte à Finnsnes pour faire le gros des courses, nous arrivons à Tromsø, transformée comme l'hiver dernier en patinoire géante! Le thermomètre est bien descendu mais la semaine suivante est annoncée très douce et sans coup de vent majeur... croisons les doigts!



Samedi midi, nous sommes prêts à recevoir notre premier groupe, une famille Lyonnaise. C'est drôle comme avant chaque nouveau séjour, le stress monte de mon côté. Vont-ils se sentir bien à bord? Vont-ils nous apprécier? La météo permettra-t-elle de leur faire découvrir le meilleur de ces beaux paysages et endroits? Les cétacés seront-ils déjà arrivés? Paul me rassure, reste pragmatique, seule la météo peut le préoccuper. Là, ça va.


Moins de 5 minutes après l'arrivée de la famille auront suffi à me rassurer. Ils sont, et comme à chaque fois finalement, adorables, émerveillés, curieux, et tellement impatients de quitter le port.


Ensuite les jours, de plus en plus courts, vont s'enchaîner, tous plus magiques les uns que les autres. Nos 3 groupes auront des météos plus que clémentes grâce à un anticyclone vissé autour de nous, les dépressions ayant cette fois-ci décidé de rester bien en place sous les latitudes irlandaises!


Quel bonheur de vivre dans un décor de carte postale aux lumières roses toute la journée, de naviguer toutes voiles dehors par temps léger, d'observer le long de la coque un ballet d'orques, de baleines à bosses et de grands rorquals, et de poser bien-sûr le pied à terre pour aller marcher sur les crêtes surplombant ces immenses fjords.



Je m'attendais à retrouver une Norvège que je trouve belle quelque soit la saison, mais ce mois de Novembre a supplanté toutes nos attentes. La quantité d'animaux observables rend les voyages plus marquants encore, c'est certain. L'obscurité faisant partie intégrante de nos journées nous a permis d'aller à l'essentiel et de vivre différemment notre rapport au temps et à la nature.



Les ciels dégagés nous ont offerts un nombre impressionnants d'aurores boréales dont cette soirée du 3 Novembre en mer qui restera longtemps gravée en moi.


Un grand merci pour cette magnifique première année d'activité à toi, Paul, mon associé et partenaire dans la vie, à la Norvège pour nous avoir montré ces plus belles et ces plus brutes facettes et enfin et évidemment à tous les voyageurs venus sur le Davaï cette année!


Hadet bra !


Maud




125 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout